QU’EST-CE QUE L’INVESTISSEMENT VALUE

Temps de lecture estimé: 9 min

Résumé

L’investisseur value achète des actions qui se négocient à un prix inférieur à leur valeur intrinsèque.

Afin d’évaluer cette valeur, il utilise l’analyse financière des états financiers de la société qu’il combine avec une analyse fondamentale de la situation de l’entreprise.

Ces analyses lui permettent de trouver des actions de qualité sur lesquelles il investit sur le long terme sans tenir compte des mouvements de foule.

L’investisseur déclenche son ordre d’achat quand l’action est en “soldes”, c’est-à-dire qu’une marge de sécurité jugée suffisante est atteinte. Cela permet de réduire considérablement le risque de perte.

L’investisseur value doit faire preuve de rigueur, assiduité et patience en adoptant un horizon d’investissement long terme.

L’investissement value

L’investissement dans la valeur (value investing en anglais) est une stratégie d’investissement en bourse qui consiste à acheter des actions s’échangeant en dessous de leur valeur intrinsèque.

L’hypothèse est que le marché (acheteurs et vendeurs d’actions) réagit de manière excessive aux nouvelles, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Ces réactions entraînent donc de fortes variations du prix des actions. Ces événements donnent alors la possibilité d’acheter des titres à prix réduits.

En 2019, le célèbre investisseur américain Warren Buffet est la troisième fortune mondiale grâce à cette approche lui ayant permis d’accumuler 82,5 milliards de dollars. Il est connu pour l’avoir démocratisée après l’avoir apprise auprès de son mentor Benjamin Graham dans les années 1950.

Warren Buffet, célèbre investisseur value.

Principe

Le principe de l’investissement value est simple: évaluez le prix de ce que vous voulez acheter (un actif fiable) afin d’en connaître sa valeur réelle et attendez qu’il soit en soldes pour l’acheter.

Il peut arriver qu’un engouement excessif naisse pour cet actif et que tout le monde veuille l’acheter au même moment. Dans ce cas son prix grimpe fortement et vous pouvez alors envisager de le revendre en faisant une forte plus value. Sinon, il suffit de le conserver pour s’enrichir car sa valeur augmente dans le temps étant donné que c’est un actif bien choisi.

EXEMPLE

A chaque épisode de chaleur, les foules se ruent dans les magasins pour acheter des ventilateurs. Ces périodes de forte demande entraînent des ruptures de stock. Certains vendeurs avisés ayant alors fait des réserves pendant l’hiver (période de faible demande) vendent leur matériel en réalisant une forte plus value. Pourtant, la valeur intrinsèque du ventilateur est la même qu’en hiver.

Le même mécanisme s’applique sur les actions: les fluctuations d’offre et de demande impactent le prix d’échange des actions indépendamment de leur valeur intrinsèque. Un investisseur value achètera alors son ventilateur (action) en soldes après l’été (période de faible demande) afin de le conserver ou le revendre l’été suivant en réalisant une plus-value (période de forte demande). La difficulté sur les marchés boursiers réside dans le fait que les périodes de soldes ne sont pas prévisibles, la valeur du ventilateur est inconnue et ce dernier pourrait être un mauvais achat

A RETENIR

  • L’investisseur value achète des actions qui se négocient à un prix inférieur à leur valeur intrinsèque.
  • Pour cela il recherche des actions de qualité sur lesquelles il investit sur le long terme sans tenir compte des mouvements de foule.
  • Enfin, l’investisseur value utilise l’analyse financière pour évaluer la valeur de son action.

Valeur intrinsèque d’un business

Il existe de nombreuses manières d’évaluer la valeur d’une action.

On la calcule généralement en se basant sur une analyse financière des ratios calculés à partir des états financiers de la société (comptes de résultat, bilan et flux de trésorerie). 

A cela, l’investisseur value combine une analyse des fondamentaux: business model, marque, contexte du marché cible, positionnement et durabilité de l’avantage concurrentiel.

Parmi les principaux indicateurs à évaluer on trouve par exemple les éléments suivants (pas de panique, la description détaillée et la signification de ces notions se fera dans une autre section de ce site.):

  • Ratio cours / bénéfice (PE, price / earnings ratio): c’est l’un des principaux indicateurs. Il est obtenu en divisant le cours de l’action par le bénéfice par action.
  • Ratio cours / valeur comptable (PB, price / book ratio): obtenu en divisant le cours de l’action par la valeur comptable d’une action. Ces deux premiers ratios indiquent le prix que les investisseurs sont prêts à payer pour détenir une action.
  • Ratio PEG (price / earning to growth ratio): calculé en divisant le ratio PE par le taux annuel de croissance du bénéfice par action. Ce ratio permet de mettre le prix d’une action en perspective en tenant compte de la croissance du bénéfice.

A cela s’ajoute entre autres l’étude des flux de trésorerie, l’analyse des dettes, des capitaux propres, du chiffre d’affaire et de la croissance.

A RETENIR

L’analyse de différents ratios financiers et données fondamentales sur l’entreprise permettent à l’investisseur value de déterminer le prix auquel il achètera son action à moindre risque.

    Pourquoi les actions sont-elles parfois sous évaluées?

    La théorie des marchés efficients précise que le prix auquel s’échange les actions d’une société tient compte de toutes les informations sur cette société et qu’ainsi, en chaque instant, le prix d’une action reflète parfaitement la valeur de celle-ci.

    A l’inverse, l’investisseur value ne croit pas en cette théorie et pense que le prix et la valeur d’une action peuvent différer.

    EXEMPLE

    • Suite à la publication des résultats, il arrive que la déception à court terme des investisseurs sur la performance de l’entreprise les amène à vendre leurs actions entraînant une chute des cours.
    • Des craintes sur l’économie peuvent également pousser à vendre excessivement. C’est par exemple ce qui s’est passé fin 2018 lorsqu’une nouvelle crise financière imminente était redoutée entraînant une chute des cours vertigineuse.
    • Une sous-médiatisation ou bien un désintéressement des analystes pour une action donnée peut également être synonyme de sous évaluation.
    • A l’inverse, un engouement excessif peut apparaître quand les investisseurs surestiment une technologie, ce qui a été le cas de la bulle internet des années 2000.

     

    A RETENIR

    Le prix et la valeur d’une action sont deux notions différentes. De nombreux évènements peuvent amener une action à s’échanger sur les marchés à un prix inférieur à sa valeur. C’est là que l’investisseur value prend position.

     

    Les stratégies en investissement value

    1. Aller à l’encontre des foules

    L’investisseur value est un loup solitaire, il va à l’encontre des foules.

    Lorsque la foule vend, généralement il achète ou garde ses titres en portefeuille. Il reste à l’écart des actions dont tout le monde parle car elles sont généralement sur-évaluées par le marché.

    L’approche de l’investisseur value est fondamentalement différente de celle du trader à court terme: lorsqu’il prend position, il considère qu’il devient propriétaire d’une partie de la société. Cette société est choisie car elle possède un avantage compétitif durable. Ainsi, l’investisseur value achète un business en lequel il croît sur le long terme, pas une action à échanger en fonction des états d’âme de la foule.

    « L’investisseur value achète un business en lequel il croît sur le long terme, pas une action à échanger en fonction des états d’âme de la foule. »

    2. Approche bottom-up

    On peut de plus distinguer deux approches d’investissement: la top-down (descendante) et la bottom-up (montante).

    L’approche top-down consiste à d’abord étudier le contexte macroéconomique afin d’identifier un secteur porteur puis de sélectionner une entreprise dans ce secteur. A l’inverse, l’approche bottom-up consiste à focaliser son attention sur une société en se basant sur ses états financiers. Le contexte macroéconomique n’a pas le même impact dans la prise de décision. Cette dernière approche est celle qui est favorisée par l’investisseur value.

    3. La puissance des intérêts composés

    L’investisseur value s’inscrit dans une démarche de long terme ce qui lui permet de bénéficier de la puissance des intérêts composés. Le principe des intérêts composés est similaire à celui d’une boule de neige qui croît: au fil des années, les gains générés par les actions judicieusement choisies vont générer eux-mêmes des gains qui généreront à leur tour d’autres gains et ainsi de suite.

    « Les intérêts composés sont la plus grande force de l’univers. »
    Albert Einstein

    4. Marge de sécurité

    La marge de sécurité est la différence entre le prix auquel on achète l’action et le prix auquel on a évalué la valeur intrinsèque.

    Cette marge peut être relativement significative. Elle sert à prévenir d’éventuelles erreurs dans l’évaluation de la valeur intrinsèque ou encore à anticiper une dégradation du contexte économique.

    Chaque investisseur déterminera sa propre marge de sécurité en fonction de son appétence au risque.

    BON A SAVOIR

    Benjamin Graham achetait ses actions avec une marge de sécurité de 33%. Pour une action évaluée à 100$, Benjamin Graham ne passait son ordre d’achat que lorsque celle-ci s’échangeait à 67$ sur les marchés. Ainsi, il réalisait un gain de 33$ simplement en attendant que l’action revienne à sa vraie valeur de 100$. Si le titre atteignait 120$, il réalisait un gain de 53$ en vendant contre seulement 20$ s’il avait acheté à sa vraie valeur.

     

    Les risques

    L’investissement value est réputé pour être une méthode à faible risque. Cependant, la méthode n’échappe pas à son lot de pièges.

    1. Acheter trop cher

    Acheter trop cher est le meilleur moyen de réduire sa performance. L’investisseur en value s’assurera donc d’acquérir des titres avec une marge de sécurité suffisante.

    2. Réaliser une analyse financière érronée

    Certaines sociétés présentent des méthodes comptables différentes rendant potentiellement une éventuelle comparaison compliquée. Il est essentiel de se former correctement à l’interprétation des états financiers.

    3. Evènements extraordinaires

    Les sociétés peuvent connaître des évènements exceptionnels impactant le résultat avec des gains ou pertes majeurs (restructuration, effet des taux de change, vente de sites ou filiales, etc.) Il conviendra de mettre ces évènements de côté dans l’analyse afin d’avoir une meilleure estimation de l’activité sur une année classique.

    4. Ne pas diversifier

    La diversification dans plusieurs sociétés permet de lisser le risque. L’analyse financière et fondamentale d’une société demande du temps et de l’énergie. De plus, les critères de sélection étant exigeants, il peut être tentant de s’arrêter aux quelques entreprises analysées. Il est cependant essentiel de répartir son exposition sur plusieurs zones géographiques et secteurs économiques.

    Benjamin Graham recommande de détenir à terme entre 10 et 30 sociétés dans son portefeuille.

    Attention cependant à ne pas détenir plus de valeurs que vous ne pouvez connaître en profondeur ou suivre régulièrement.

    Est-ce une méthode pour vous?

    Deux investisseurs value analysant la même société peuvent avoir des conclusions très différentes. Pour se couvrir de cela, l’essence même de la méthode est d’acheter en dessous de la valeur et de garder les titres en portefeuille sur le long terme (plusieurs années).

    C’est un travail de longue haleine qui demande une discipline hors-pair et l’adrénaline n’est pas au rendez-vous au quotidien. Oubliez l’image du trader fou. Il faudra probablement attendre plusieurs années avant que vos investissements ne paient.

    Un bon investisseur value fera preuve de rigueur dans son analyse et de patience en attendant le bon moment pour déclencher son achat. Il sera également assidu et s’en tiendra à ses plans sans se laisser influencer par les mouvements de marchés et les crises.

    En revanche le jeu en vaut largement la chandelle puisque si vous parvenez à bien sélectionner vos actions, vous sur-performerez très largement les marchés en vous enrichissant davantage grâce aux intérêts composés et tout cela en prenant le moindre risque et en y passant peu de temps.

    Et vous, êtes-vous un adepte de l’investissement value?

    Laissez-nous vos questions et remarques en commentaire!