Une analyse boursière ou un conseil tous les 15 jours

Faut-il investir en bourse dans Google? Analyse complète

13 Nov 2020 | 2 commentaires

Investir en bourse dans Google : Résumé

Le parcours boursier de Google fait rêver depuis son introduction en bourse en 2004. Le cours de son action a augmenté de près de 3000% en 16 ans. Cela signifie que 1000$ investis en 2004 vaudraient aujourd’hui près de 30 000$!

Comme moi, vous auriez peut-être souhaité en profiter plus tôt…
Désormais, est-il trop tard pour investir en bourse dans Google?

Parcours boursier de Google depuis 2004, ça laisse rêveur, non?

Et à en regarder l’allure du graphique sur les dernières années, la course folle de Google en bourse ne semble pas s’arrêter.

La question étant donc:
en investissant aujourd’hui, peut-on espérer les mêmes gains sur les années à venir?

Dans un premier temps je vous propose de décortiquer le business model de Google pour mieux comprendre le contexte dans lequel la société évolue. On va ensuite faire un peu d’analyse financière simplifiée et comme d’habitude s’intéresser à la balance risque / gain potentiel de cet investissement. Finalement nous apporterons une réponse à la question: faut-il investir en bourse sur le long terme dans Google?

Retrouvez cette analyse détaillée en vidéo sur la chaîne Youtube Value Investing!

Investir en bourse dans Google en quelques mots…

En toute rigueur on devrait plutôt parler d’Alphabet, la maison mère de Google mais par abus de langage et simplicité restons-en à Google.

Précisons également que la société n’est pas éligible au PEA. Il n’est donc pas possible de profiter des avantages fiscaux de ce support en investissant sur Google. Ici c’est tout de même moins impactant car la société ne distribue pas de dividendes.

D’ailleurs si vous souhaitez comprendre comment les deux principaux supports d’investissement fonctionnent: le PEA et le CTO, je vous renvoie vers la vidéo détaillée: Ouvrir un compte en bourse: PEA, CTO & Courtiers.

Alphabet est donc un conglomérat de sociétés dont la principale est Google.

Les autres sociétés sont regroupées sous le terme des “Others bets” c’est à dire des “Autres paris”. Ces derniers sont caractérisés par l’utilisation ou la recherche de nouvelles technologies à différentes phases de développement. Là où certains projets sont encore au stade de recherche, d’autres apportent déjà du chiffre d’affaires. Ces autres paris constituent de réels investissements réalisés aujourd’hui avec un objectif de retour sur investissement significatif à moyen ou long terme.

Regardons désormais d’un peu plus près comment Google génère son revenu.

Quel est le business model de Google?

Revenus publicitaires

On constate clairement que les revenus publicitaires en ligne constituent le socle d’activité de Google. La société domine d’ailleurs largement cette industrie aux côtés de Facebook en contrôlant 70% du marché US.

Comme on le sait tous, Google écrase largement la concurrence sur le marché des moteurs de recherche avec des parts de marché supérieures à 90%. Le géant est suivi de Bing, Yahoo et Baidu qui se partagent à eux 3 un maigre 4 à 5% des parts de marché seulement.

Et ce n’est pas tout, Google c’est aussi Youtube!
La plateforme sur laquelle vous visionnez vos vidéos Value Investing a été acquise par la société en 2006. A chacune des vidéos que vous consommez, vous fournissez des données à Google et êtes ciblés par de la publicité fortement rémunératrice.

Sur l’infographie ci-dessous, on retrouve la répartition du trafic internet mondial entre les 100 principaux sites web. La domination écrasante est clairement affichée en rouge, les couleurs du groupe Alphabet avec Google en tête de classement, suivi par Youtube.

Répartition du trafic internet mondial. Source: Visual Capitalist.

Youtube constitue en fait le deuxième moteur de recherche au monde derrière la fameuse barre de recherche Google. C’est aussi le site avec le temps de visite le plus long. Youtube est d’ailleurs un vecteur de croissance phénoménal pour Alphabet. C’est l’illustration parfaite du changement d’habitudes de consommation au fil des générations avec du contenu gratuit, qualitatif, varié et à la demande.

Enfin, n’oublions pas le célèbre système d’exploitation mobile: Android. Alors que les appareils mobiles prennent une ampleur croissante par rapport aux ordinateurs, Android représente là encore près de 90% des parts de marché.  Et bien évidemment, Google est le moteur de recherche par défaut d’Android.

Cloud

La publicité en ligne n’est pas la seule source de revenus de Google. Le Cloud a pris une ampleur croissante ces dernières années. Sur ce segment, la société se situe en 3ème position derrière Amazon et Microsoft.

Là encore, le pari semble prometteur dans un marché en très forte expansion. Gartner Group prévoit en effet que le marché mondial du Cloud atteigne 304 Mrds$ en 2022 contre 242 Mrds $ en 2019 soit une croissance de 50% en 3 ans.

Other bets

Tel que le présente Alphabet, les autres paris utilisent des nouvelles technologies pour résoudre de grands problèmes. Les notions d’intelligence artificielle ou de machine learning sont souvent omniprésentes sur ces projets qui détiennent parfois un potentiel de disruption majeur.

Sociétés du groupe Alphabet. Source: FastCompany.

Parmi les plus connues on retrouve notamment Waymo, la filiale consacrée à la voiture autonome et Wing la première société de livraison par drone aux Etats-Unis. On pourra aussi mentionner Google Fiber l’infrastructure de réseau internet ou encore Calico la société de biotechnologies visant à lutter contre le vieillissement et prolonger l’espérance de vie.

Analyse financière de Google

Sur le papier Google est une société parfaite dans laquelle investir en bourse sur le long terme.

Elle est en situation de quasi-monopole, sur des secteurs en croissance et développe des projets qui pourront changer le monde de demain.

En tant qu’investisseurs sérieux on ne va quand même pas s’arrêter là et on va s’intéresser aux finances de l’entreprise pour trouver une réponse à notre problématique: faut-il investir en bourse dans Google aujourd’hui?

Pour cela, on va notamment répondre aux questions suivantes en s’aidant des états financiers du groupe:

  1. Est-ce que l’entreprise est rentable?
  2. Le niveau de dette est-il dangereux?
  3. Les perspectives de croissance sont-elles bonnes?
  4. Le management est-il bon?

Analyse du compte de résultat

Commençons par jeter un oeil au compte de résultat.

Ce document financier présente le chiffre d’affaires total du groupe auquel on va déduire successivement les différentes charges pour obtenir finalement ce qu’on appelle la cascade de résultat. L’analyse de cette cascade nous donne des indications précieuses sur la société.

Synthèse du compte de résultat d’Alphabet. Source: Investing.

Pour un chiffre d’affaires astronomique de 162 Mrds$ en 2019, on trouve un résultat brut de 90 Mrds$ soit 55% environ du chiffre d’affaires. On parle donc d’une marge brute de 55%. C’est à dire que pour 1$ de chiffre d’affaires, il reste 55 cents après déduction de tous les coûts directement nécessaires pour fournir les produits et services comme les coûts des serveurs ou du matériel par exemple.

Finalement, une fois toutes les dépenses de marketing, commercialisation, recherche et développement, taxes, etc. déduites du chiffre d’affaires, on obtient le résultat net de 34Mrds$ soit une marge nette de 20% environ ce qui est excellent.

A titre de comparaison, si on s’intéresse à un autre secteur très consommateur de capitaux comme celui de l’automobile, on trouve plutôt des marges nettes aux alentours des 3%.

Le critère de rentabilité est donc ici validé.

Avantage compétitif durable: critère clé de Warren Buffet

Le taux de marge nette est un indicateur crucial à examiner car dans un environnement fortement compétitif, les sociétés devront baisser leur prix de vente pour conserver leur parts de marché. Une marge nette de 20% indique que Google détient très certainement un pricing power, c’est à dire le pouvoir de fixer ses propres tarifs.

Une marge nette supérieure à 20% est d’ailleurs souvent révélatrice de la présence d’un avantage compétitif durable, critère d’investissement clé pour Warren Buffet.

On peut ici directement faire le lien avec le monopole de Google sur les moteurs de recherche et la téléphonie mobile: la société étant de loin le premier acteur, elle peut fixer ses propres tarifs.

Vous voyez qu’ici en s’intéressant aux documents financiers d’une société on peut tirer des conclusions sur sa position ou son fonctionnement. En parcourant le compte de résultat, le bilan comptable et les flux de trésorerie on peut en fait tirer de nombreuses conclusions.

Communauté Value Investing

Si vous souhaitez aller plus loin dans l’analyse des documents financiers et apprendre à investir en bourse sur le long terme: cliquez ici pour découvrir la plateforme d’apprentissage d’Investissement en bourse sur le long terme et la Communauté des Investisseurs Value.

Analyse du bilan comptable

En ce qui concerne la dette de la société, on peut l’évaluer en la comparant aux capitaux propres de la société, c’est à dire à sa valeur comptable théorique. Ici on obtient un ratio dette sur capitaux propres de 2,5% ce qui est extrêmement faible.

On comprend en fait que la dette long terme d’Alphabet est très faible avec seulement 2,9Mrds$. C’est dérisoire en comparaison des sommes que la société traite.

La dette n’est donc pas menaçante ici, le critère de dette est lui aussi validé.

Taux de croissance des indicateurs clés

Maintenant en tant qu’actionnaire on attend de la société que celle-ci crée de plus en plus de valeur afin d’en tirer partie. Intéressons-nous donc à la croissance de différents indicateurs clés.

Croissance des indicateurs clés d’Alphabet. Source: Morningstar.

Le chiffre d’affaires est lui en croissance soutenue d’année en année avec une croissance moyenne sur 10 ans et sur 3 ans de 21%.

Le bénéfice net par action est lui aussi important à considérer car il reflète la part de bénéfice net de la société qui nous revient en tant qu’actionnaire. Celui-ci est en croissance moyenne de 17% sur 10 ans et 21% sur 3 ans ce qui est également excellent.

Enfin, les flux de trésorerie liés aux opérations sont eux aussi en croissance de 12 à 40% d’année en année.

On notera que l’année 2017 est particulière et à sortir de l’étude. Ceci est dû à une taxe exceptionnelle et une amende infligée par l’Union Européenne pour abus de position dominante.

Jusqu’ici le critère de croissance est donc validé.

Qualité du management

Investir en bourse dans Google revient à confier notre capital au Management en comptant sur eux pour bien l’employer. Et justement, la rentabilité des capitaux propres ou Return On Equity (ROE) en anglais, reflète l’efficacité avec laquelle le management emploie ces capitaux.

Ici, le ROE d’Alphabet est de 16% ce qui est plus qu’honorable sans non plus être exceptionnel pour son industrie. Un ratio de 16% signifie que 100$ apportés par les actionnaires permettent de générer 16$ de bénéfice net. C’est bien mais c’est en fait le plus bas des GAFAM regroupant Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft.

Malgré tout, le critère du management est lui aussi validé.

Nous venons d’étudier ici les données jusqu’à fin 2019 mais qu’en est-il de 2020 et d’au delà?

Et l’impact de la pandémie alors?

Google est en fait évidemment impactée en 2020 par la pandémie.

Si on regarde les résultats publiés au deuxième trimestre de 2020 en les comparant par rapports à ceux du second trimestre 2019, on observe une nette diminution. Ceci malgré les revenus de la branche Google Cloud en hausse de 43% et ceux des “Autres paris”.

On comprend en fait que c’est la branche des revenus publicitaires en ligne qui a le plus fait défaut au groupe en ce début d’année. Et c’est plutôt logique car en situation de récession, les sociétés ont tendance à couper les coûts et notamment ceux afférant au marketing. On a d’ailleurs déjà observé un phénomène similaire lors de la crise de 2008.

Les analystes semblent cependant s’accorder pour dire que les revenus de Google sont attendus en nette hausse en 2021 et 2022 comparé à 2020.

Quant au bilan financier, la situation reste très positive avec 121Mrds$ de liquidités et équivalents de liquidités. On notera surtout moins d’actions en circulation suite aux rachats effectués par le groupe lui-même. Ce rachat est vu très positivement de la part des actionnaires car il fait mécaniquement augmenter le prix des actions.

Nombre d’actions Alphabet en diminution: signe positif pour l’actionnaire. Source: Macrotrends.

A quel prix acheter l’action Google en bourse?

On comprend bien que l’analyse financière s’avère très positive mais alors le moment est-il opportun pour investir en bourse long terme sur Google dès aujourd’hui?

Vous le savez, même la plus belle des actions sur le long terme ne constitue pas un bon investissement si elle est achetée trop chère.

Aujourd’hui, l’action Alphabet s’échange à un prix avoisinant les 1700$ mais quelle est sa vraie valeur ?

Quelle est la valeur intrinsèque de l’action Alphabet?

Il existe plusieurs méthodes d’évaluation de la cherté d’une action, et notamment l’analyse de certains ratios financiers dont le fameux price-to-earnings ratio ou PER.

C’est un indicateur incontournable que vous devez connaître et s’il vous est étranger alors vous devez lire l’article détaillé sur ce PER: Comment valoriser une entreprise avec le PER ?.

Pour avoir une première brève idée du niveau de valorisation, on peut jeter un oeil à ce tableau qui compare les PER sur les 12 mois glissants et sur l’année à venir des actions stars de la tech américaine: Google, Facebook, Apple, Amazon, Netflix, Nvidia et Tesla pour rigoler laughing.

PER de la tech américaine. Source: Value Investing.

On remarque en fait que Google présente le PER sur 12 mois et le PER à venir les plus faibles de la sélection.

Alors est-ce que pour autant cela signifie que l’action est peu chère?

Ces ordres de grandeur de ratios restent tout de même élevés bien que l’historique du PER de Google fluctue entre 17 et 50 avec une valeur médiane proche de 30.

Une manière plus rigoureuse d’évaluer la valeur intrinsèque d’une action est de chercher à l’évaluer à partir des flux de trésorerie futurs attendus: c’est ce qu’on appelle l’actualisation des flux de trésorerie ou DCF en anglais pour Discounted Cash-Flow.

En parcourant la presse on trouve une fourchette de valorisation dans les différentes études d’analystes entre 1300$ et 1700$ avec une valeur médiane aux alentours des 1500$.

On pourrait donc conclure en reprenant les termes d’un auteur du Motley Fool et en disant que “L’action Google ne semble certainement pas excessivement surévaluée”. Mais elle ne présente pas non plus une décote significative à ces niveaux de prix.

Or, vous le savez, en tant qu’investisseurs de long terme nous cherchons préférentiellement à acheter nos actions lorsque celles-ci se présentent en soldes.

Alors concrètement faut-il investir en bourse dans Google ou pas ?

Quels sont les risques et opportunités associés à cet investissement ?

Investir en bourse dans Google: quelles opportunités et quels risques?

Investir en bourse dans Google: opportunités

Commençons par les opportunités.

Je les résumerais en fait très simplement à ces mots: diversification et croissance à prix raisonnable.

Le marché nous propose aujourd’hui l’action à un prix cohérent sans pour autant être décoté.

Concernant son activité de base, la tendance grandissante au télétravail et l’accès à la technologie au plus grand nombre à travers le monde devraient favoriser le temps passé sur la toile et in-fine, les opportunités de revenus publicitaires en ligne.

Ensuite, avec des produits allant de Google, Youtube, du Cloud et de l’intelligence artificielle à la voiture autonome en passant par la santé, l’activité d’Alphabet se présente particulièrement diversifiée sur des marchés en forte croissance. Cela constituant alors autant d’opportunités de développement pour le groupe.

Par ailleurs, quand on voit la montagne de cash dont Google dispose, cela montre que le géant n’aura aucun mal à injecter les capitaux nécessaires à la recherche et développement de nouveaux projets pour continuer à innover.

Et justement, ces autres projets futuristes, les “Autres paris” ne présentent même pas encore de revenus, ou peu. Ils constituent un énorme réservoir de potentiel de croissance. 

A plus court terme, les analystes s’accordent aussi sur la prévision de revenus en nette hausse sur 2021 et 2022.

Alors, c’est super! Un prix raisonnable, de belles perspectives, du cash, de la croissance attendue, on prend aucun risque non?

Investir en bourse dans Google: risques majeurs

Paradoxalement, les risques sont en fait étroitement liés aux opportunités.

Aujourd’hui, avec un PER de 34 on paie cher pour détenir une action de Google car on sait que la croissance est là et que donc dans quelques années cette action ne sera plus si chère comparée à ses bénéfices.

Par ailleurs, les capitaux investis sur les “Autres paris” sont absolument significatifs et ceux-ci génèrent à ce jour peu de revenus.

Et alors, si demain cette croissance s’affaiblit et que couplé à ce ralentissement, nous avons un manque de visibilité sur le retour sur investissements des “Autres paris”?

Eh bien il n’est pas impossible que cela se traduise en un désintérêt du marché ou au moins par une valorisation plus faible de l’action.

Aussi, Alphabet n’est pas à l’abris de problèmes réglementaires qui pourraient affecter sa rentabilité future. La commission européenne a par exemple infligé au groupe une amende record de 5Mrds$ en 2018 pour abus de position dominante sur Android.

Conclusion: faut-il investir en bourse dans Google aujourd’hui?

En conclusion, on peut en déduire qu’aux alentours des 1500$ le risque pris est limité mais aussi les perspectives de performances de l’investissement.

En effet, si on achète l’action proche de sa valeur intrinsèque; les gains sur les années à venir risquent d’être plus limités d’autant plus que la société ne distribue pas de dividendes.

Cependant, Google détient tout de même un merveilleux avantage compétitif durable parfaitement illustré par ses états financiers: niveaux de rentabilité, dette très faible, rachat d’action, stabilité des flux de trésorerie, tout y est.

Je n’ai pas encore d’action Google dans mon portefeuille mais j’aimerais en faire rentrer. En revanche vous l’avez compris j’aimerais rentrer sur des niveaux plus avantageux. A mon sens, bien que le risque reste limité aujourd’hui, on n’est pas non plus sur l’opportunité du siècle.

Alors quels points d’entrée pourrait-on viser pour investir en bourse dans Google?

Selon les critères du célèbre investisseur Peter Lynch, Google fait partie de la catégorie des sociétés à forte croissance. Peter Lynch préconise donc de rentrer sur un PER inférieur au taux de croissance pour cette catégorie or ici le PER est plutôt proche du double de ce taux de croissance.

J’aurais donc plutôt ici tendance à optimiser mon timing d’entrée par de l’analyse technique. En regardant le tracé des cours en vue hebdomadaire, je pense reconsidérer l’investissement sur la zone des 1300$ qui constitue un support horizontal de long terme assez net et un niveau de valorisation avec lequel je serais un peu plus à l’aise.

Et même, en étant gourmand, le point d’entrée idéal dans une optique de long terme se situerait sur la zone des 1000$. En revanche, pour être honnête, je ne pense pas attendre ce prix pour entrer sur ce merveilleux titre.

Attention, je rappelle ici qu’il s’agit de ma propre opinion, adaptée à mon style d’investissement et en aucun cas d’un conseil en investissement.

Analyse graphique d’Alphabet: point d’entrée idéal à 1350$. Source: Value Investing.

Et vous, quelle est votre position sur Google?

Dites-le moi en commentaire!

2 Commentaires

  1. Rémi Lv

    Waouw quelle analyse, merci Yoann je me posais justement la question de s’il fallait investir dans Google ou si c’était trop tard / trop cher.
    D’après toi quelle est la probabilité de revoir l’action descendre à 1350$?

    Réponse
    • Yoann

      Bonjour Rémi,
      Merci pour ton commentaire!
      A mon sens aujourd’hui Google a bien profité de l’élan des titres tech suite à la crise. On a un écart entre les valorisations des entreprises tech et « value » qui est relativement important.
      Je pense probable que le titre revienne à des niveaux plus sains.
      Par la suite il ne s’agit pas d’être devin, mais de savoir comment réagir en fonction des réactions de marché. Moi je prendrai position pour du long terme seulement si on se rapproche de ce niveau. Sinon ce sera une position plus moyen terme basée sur de l’analyse technique (et donc du long terme basé sur du fondamental).
      Au plaisir,
      Yoann

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir les analyses

✉️
Recevez une analyse boursière et des idées d’investissement tous les 15 jours.

Télécharger le guide pratique

📖
Ne vous lancez pas dans l’investissement en bourse long terme sans connaître ces notions basiques.

Téléchargez le mini-guide pratique de l’investisseur en bourse débutant.